• Ouvrir la photo

    Interview réalisée par Fabien Douté, président du club de Nancy.

    Deux joueurs ivoiriens ont débarqué cette saison au Scrabble Club de Nancy. En septembre, l’imposant et volubile Abib Alabi, champion du monde classique en 2016 et vainqueur la même année de l’Open de France… place Stanislas, a fait son petit effet lors des séances d’entraînement. Dans un registre différent, aux premières lueurs de l’automne, un jeune inconnu a défrayé la chronique. Plusieurs membres de mon club m’ont glissé : « Fabien, tu devrais venir voir ça, y’a un nouveau qui n’arrête pas de toper… ». Le soir du Beaujolais nouveau, je suis venu tirer une partie joker, …et Bakaré a topé. J’attendais de voir son rendement « en vrai », et j’ai vu, lors du Simultané mondial de blitz, le 4 décembre dernier.

    Fabien Douté : « Félicitations, Bakaré, pour cette performance supersonique. Trois parties de blitz consécutives au top, ce n’est vraiment pas ordinaire. Qu’as-tu pensé au cours de ce tournoi, et comment t’étais-tu préparé ? »

    Bakaré Alleru : « La veille, je m’étais beaucoup exercé en ligne, et le matin-même, je me suis levé tôt et je me suis échauffé en topping. J’avais raccourci le temps de réflexion pour me sentir vraiment à l’aise lors de la compétition. Sur ISC, je fais souvent des parties joker, et je m’entraîne beaucoup en 45 secondes par coup, voire 30 secondes. Cet après-midi du Simultané mondial de blitz, les parties m’ont bien convenu, avec beaucoup de scrabbles. Le coup de TANK (fin de deuxième manche) m’a fait transpirer : il fallait compter un peu partout. »

    Fabien : « Tu succèdes au palmarès à de sacrés joueurs, et seuls trois superchampions (Antonin Michel, Samson Tessier et Hugo Delafontaine) avaient précédemment réussi l’exploit de toper ce SMB. Qu’est-ce que cela t’inspire ? »

    Bakaré : « Ouh là, je ne me sens pas encore à leur niveau. Eux, ont déjà remporté des titres importants, accompli de nombreuses performances. J’en suis encore très loin. »

    Fabien : « Parle-nous un peu de toi. Depuis quand joues-tu au Scrabble ? »

    Bakaré : « J’ai débuté assez jeune. Un jour, en me promenant dans mon village, je me dirige vers un groupe de personnes. Un vieil homme manipulait des lettres, j’ai d’abord pensé à un puzzle (rires). Je me suis intéressé à ce jeu, et puis j’ai commencé à apprendre des mots, à me constituer des listes, c’était au temps de l’ODS 4. Rapidement, je suis devenu la « référence » de mon village, j’apprenais des mots à mes voisins (rires). »

    Fabien : « On te connait assez peu en Europe. Tout au plus, les initiés t’ont croisé sur ISC, où ta réputation est établie. As-tu déjà disputé des tournois réels ? »

    Bakaré : « J’ai assez peu joué de vraies compétitions. Je me souviens d’un Panafricain, où j’avais obtenu une place d’honneur. En revanche, tu le sais, en Afrique, on joue beaucoup en classique, et j’ai remporté là-bas quatre tournois de cette discipline. Récemment, j’ai vraiment peu joué. J’étudiais à Yamoussoukro, et les cours se déroulent également le samedi, contrairement à la France où les week-ends sont souvent libres. La plupart des tournois se tiennent à Abidjan, à trois heures de route, et cela représente un sacrifice de s’y rendre, surtout pour hypothéquer ma moyenne à l’école ! »

    Fabien : « Comment t’entraînes-tu ? Tu lis le dictionnaire, tu élabores des listes, ou tu ne fais que jouer en ligne ? »

    Bakaré : « Tous les quinze jours, je revois entre 3500 et 5000 mots, j’actualise mon tapuscrit, un fichier Excel constitué à partir de mes révisions sur Anafolie, Duplitop ou autre. Et, je joue effectivement beaucoup, surtout en temps accéléré. En ce moment, je recherche un jeu de Scrabble classique pliant, pour voyager et jouer avec des amis. Réviser et pratiquer, on peut dire que je consacre beaucoup de temps au Scrabble. »

    Fabien : « Qu’est-ce qui t’a mené de Yamoussoukro à Nancy ? Le climat ? »

    Bakaré : « Non ! C’est un peu dur, en ce moment, mais je vais m’adapter (rires). J’ai entamé des études d’ingénieur dans les travaux publics en Côte d’Ivoire, et je poursuis actuellement un double-diplôme, en géologie appliquée, complémentaire à ma formation initiale, et vraiment un atout pour de multiples débouchés. Il se trouve que la meilleure école est à Nancy, où je suis arrivé le 10 octobre. Ce qui m’a vraiment donné l’envie de performer au Scrabble, c’est l’exemple d’Antonin Michel, dont la réputation est manifeste en Côte d’Ivoire. Il est un peu mon modèle, et je sais qu’il vient de Nancy, le hasard fait bien les choses. »

    Fabien : « Pour finir, as-tu un objectif au Scrabble ? »

    Bakaré : « Oui, j’aimerais décrocher un titre de champion du monde, n’importe lequel. »

  • Record


    Dans le cadre de la foire des Automnales, qui s'est déroulée du 2 au 11 novembre 2018 au Palexpo de Genève (Suisse), la Fédération suisse de Scrabble francophone (FSSc) a organisé plusieurs animations, avec pour point culminant, le lundi 5 novembre 2018, la tentative du Suisse Hugo Delafontaine, triple champion du monde de Scrabble francophone, de battre le record du monde, homologué par le Livre Guinness des records, du plus grand nombre d'adversaires affrontés simultanément par un seul et même joueur dans des parties complètes de Scrabble, en formule classique.

    Cette tentative a été commentée sur place avec plusieurs écrans et diffusée en direct sur le compte Youtube de la FSSc.

    Bravo au champion suisse Hugo Delafontaine qui, en remportant 38 de ses 46 matchs (82 %), a établi un nouveau record du monde !

    Une performance rendue possible grâce à un staff très impliqué.

    Le record du monde précédent avait été réalisé par le Sri Lankais Lakshan Wanniarachchi face à 40 joueurs à Colombo (Sri Lanka), le 4 janvier 2015, avec 31 matches remportés sur 40.

    Revoir la vidéo de cet événement historique : http://bit.ly/RecordScrabble2018