Retour à l'accueil
Accueil » Compétitions » Historiques commentés » Historique de la Coupe de Vichy

Historique de la Coupe de Vichy

2016 : Le Suisse Hugo Delafontaine, vainqueur de sa 2e Coupe de Vichy à -1 en 5 manches (soit sa 3e victoire en Grand Chelem), ainsi qu'à son dauphin Samson Tessier, champion de France pour la toute première fois, à Luc Maurin, vice-champion de France, et au Tunisien Zouheir Aloulou, également sur le podium de la Coupe de Vichy 2016. Sur son nuage, Hugo réalise un magnifique doublé en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem sur EURYÈCE.


2015 :
Le Belge Louis Eggermont exauce son rêve en remportant son premier festival du Grand Chelem à -12 en 5 manches. Il devance de 3 points le Français Bernard Caro et le Sénégalais Mactar Sylla, pour un podium inédit et international. Revanchard, le Français Antonin Michel (4e) s'adjuge l'étape du Grand Chelem. On retiendra de cette édition quelques scrabbles particulièrement sélectifs comme TCHADIEN, LANGUIDE, MYLONITE, MOLASSES, SARCINE et VIRÉMIES.


2014 :
Pour la première fois, la Coupe de Vichy est jumelée à la finale du championnat de France. A l'issue d'une épreuve marquée par un coup d'anthologie non joué (SOUCHETAGES), le Parisien Florian Lévy s'impose à -52, avec respectivement 21 et 22 points d'avance sur ses compatriotes Aurélien Delaruelle (2e) et Jean-François Lachaud & Antonin Michel (3e ex aequo). Sur son nuage, Florian s'adjuge dans la foulée l'étape du Grand Chelem, en remportant son duel face à Samson Tessier, son partenaire de paire lors de cette même édition !
Voir la news

2013 : Le Français Jean-François Lachaud remporte sa 5e Coupe de Vichy à -23 en 5 manches particulièrement ardues (DEUTÉRÉS, SUBVENIEz, LASURONS, MALBÂTIE...). Il devance d'une courte tête l'Espoir français Fabien Leroy (-26). Le Franco-Suisse Etienne Budry (-47) complète le podium.

2012 : "Seulement" 1008 joueurs, Hugo Delafontaine prend sa revanche de 2010 sur Antonin Michel. A -15, il précède Antonin de six points. Francis Leroy -46 a suivi le duel de loin.

2011 : 1072 joueurs, Etienne Budry est le plus fort : à - 5, il distance Antonin Michel de 23 points et le Lavallois de Nantes, Luc Maurin, de 32 points.

2010 : 1156 joueurs, Antonin Michel l'emporte pour la 4e fois en cinq ans. : à -1, il écœure le Suisse Hugo Delafontaine (-2 !), Jean-François Lachaud -16 colonisant le podium pour la énième fois.

2009 : 1140 joueurs, Antonin Michel s'impose pour la 3e fois à Vichy : à -4, il précède Franck Maniquant -16 et le Tunisois Zouheir Aloulou -20.

2008 : 1191 joueurs, et superbe performance avec la victoire d’Eugénie Michel (25 ans), première joueuse à remporter un tournoi majeur. La joueuse de Montrouge l’emporte à -34, avec une avance confortable sur N’Dongo Samba Sylla (-46) et Jean-François Lachaud (-51). Elle gagnera le titre de champion de France en paires avec Etienne Budry lors de cette même édition !

2007 : 1198 joueurs, la participation tend à se tasser. Jean-François Lachaud gagne pour la 4e fois à -14, Thierry Chincholle remonte huit places sur la dernière partie et finit 2e à -17. Le Toulonnais Eric Parpal – joueur en forme – complète le podium à -19.

2006 : 1203 joueurs, Antonin Michel bisse avec plaisir à -16. L’inénarrable Jean-Luc Dives le suit à -41 et N’Dongo Samba Sylla termine encore 3e à -53.

2005 : 1304 joueurs, Antonin Michel gagne (enfin !) Vichy à -3. Son dauphin Jean-François Lachaud n’a pas démérité à -7, l’Aquitain Dominique Le Fur partage la 3e place avec le Sénégalais N’Dongo Samba Sylla, premier joueur africain sur le podium à -17.

2004 : 1172 joueurs, et Thierry Chincholle, sur un nuage après TÉLÉNOMIE, gagne Vichy pour la 2e fois. A - 9, il précède son seul adversaire Franck Maniquant -19. Florian Lévy complète le podium à... -50 !

2003 : 1168 joueurs, Franck Maniquant remporte son 3e Vichy en quatre ans. À -4, il gagne au sprint devant Thierry Chincholle -7 et le duo Antonin Michel-Philippe Ruche (B) -8. Quel niveau !

2002 : 1170 joueurs, première victoire du stakhanoviste Thierry Chincholle à -7 devant le Suise Jean-Pierre Hellebaut -12, les deux joueurs ex aequo avant la partie finale. À -16, Christian Pierre et le Québécois se partagent la 3e place. 4 nations représentées sur le podium.

2001 : 1066 joueurs, troisième victoire de Jean-François Lachaud à -11, Franck Maniquant rate la passe de trois de très peu (-13) et le Lorrain Francis Leroy s’illustre à la 3e place (-15).

2000 : 1094 joueurs, Franck Maniquant récidive à -16 et annonce la couleur pour les championnats du monde à Paris dans deux mois. Marc Treiber -30 et Thierry Chincholle -32 se retrouvent réunis sur un podium dix ans après Dakar (paires).

1999 : 864 joueurs (de nouvelles compétitions ont permis de désenfler le mammouth...), Franck Maniquant accroche enfin Vichy à son palmarès. À -18, il précède de deux points le jeune Antonin Michel (21 ans) et de huit points son ami Nicolas Grellet avec lequel il a créé la formule aujourd’hui familière du topping.

1998 : 1485 joueurs (record de l’épreuve) et victoire attendue du double champion de France en titre Nicolas Grellet dans une forme étincelante : à -14, il se débarrasse d’une féroce concurrence constituée de Jérôme Le Maire - 19 et d’Emmanuel Rivalan ex aequo avec le bouillant Laurent Dauvilliers - 20.

1997 : 1368 joueurs ont subi le festival le plus difficile de l’histoire vichyssoise, trois premières parties très sélectives avec scrabbles uniques, pièges de vocabulaire et coups explosifs (ANTICHOC-VARANGUE etc.). Jean-François Lachaud -36, Aurélien Kermarrec -41 et Thierry Chincholle -46 s’en sont le mieux sortis.

1996 : 1221 joueurs à caser... Florian Lévy -14 remporte son premier tournoi majeur. Il précède les inséparables Franck Maniquant -18 et Emmanuel Rivalan -20, autres champions des nineties.

1995 : 964 joueurs, Jean-Pierre Hellebaut – alias le Piranha – gagne pour la 3e fois d’affilée à -14, il se défait du jeune Parisien (22 ans) Florian Lévy -30 et du futur showman Jérôme Le Maire (de Warzee) -46.

1994 : 1017 joueurs ! La barre mythique est franchie... Jean-Pierre Hellebaut récidive à -15 mais ses deux dauphins normands, Emmanuel Rivalan -17 et Aurélien Kermarrec -19 ont bien résisté.

1993 : 738 joueurs au Palais du Lac, de l’autre côté de l’Allier, et Jean-Pierre Hellebaut écrit la première page victorieuse de son triptyque. A -1 (perdu sur le coup de...TOP !), il gagne avec maestria devant le Belge Thierry Mues-20 et le toujours placé Jean-François Lachaud -21.

1992 : 697 joueurs, Jean-François Lachaud gagne Vichy à 23 ans. A - 42, il précède Paul Levart -50 (qui ne gagnera jamais dans l’Allier) et Jean-Pierre Hellebaut -51 qui prend date...

1991 : 722 joueurs, il va falloir pousser les murs ? Christian Pierre remporte enfin Vichy à -27. il précède de 14 points le duo Véronique Keim (Suisse) - Jean-François Lachaud (France) pour le premier podium 100 %  international.

1990 : 609 joueurs, le succès ne se dément plus. Patrick Vigroux accroche une deuxième victoire à son palmarès et gagne comme d’habitude au sprint à - 29 devant Christian Pierre -30 et Jean-François Lachaud -31.

1989 : 578 joueurs au Casino en centre-ville, on joue maintenant en 5 parties. Franck Pluven, joueur en forme de la saison, l’emporte à -27 devant Christian Pierre -42 et un futur champion de scrabble classique, Pierre-Olivier Georget -50.

1988 : 292 joueurs et des parties dantesques, Michel Duguet gagne pour la 5e fois d’affilée mais à - 32 (il avait fait -21 au cumul de ses quatre précédentes victoires...) devant Paul Levart -44 et le futur champion belge Christian Pierre -51.

1987 : la passe de quatre pour le champion incontesté avec une victoire à -11 devant son frère Alain (bon sang ne saurait mentir) à -30 et le métronome Patrick Vigroux à - 35. 248 joueurs étaient en lice.

1986 : 351 joueurs et 3e victoire d’affilée de Maître Duguet à...-2 (!) devant le Niçois Jean-Louis Pallavicini (parti trop tôt) - 20 et Patrick Vigroux -22.

1985 : Seulement 349 joueurs en finale, Michel Duguet gagne à -3 sous la menace de Didier Clerc -9 et du junior Philippe Bellosta (17 ans !) - 24.

1984 : 454 joueurs, c’est le début du quinquennat de Michel Duguet, cannibale des eighties. À -5, il ne laisse aucun regret à ses dauphins Vincent Labbé -56 et Bruno Bloch - 70.

1983 : 352 joueurs en finale, le Montpelliérain Patrick Vigroux est le 8e vainqueur différent en 8 éditions ! À -52, il coiffe au sprint Paul Levart -55 et Michel Pialat -64.

1982 : 350 joueurs et enfin 4 parties, le Dauphinois Didier Clerc n’est pas encore parti au Québec et l’emporte à -56, suivi par Vincent Labbé -64 et le spécialiste des opens de championnat du monde, Jean-François Bescond - 75.

1981 : Une finale en 3 parties jouées par 162 joueurs voit le triomphe d’Hervé Mollard à -9 avec une avance inédite de 90 points sur son dauphin Michel Bohé. Ce record tiendra jusqu’à Bruxelles 2013 et la victoire de Guy Delore avec 97 points d’avance sur Romain Santi. A la 3e place : un certain Michel Duguet - 124.

1980 : 301 joueurs et le niveau de jeu progresse ; l’étoile filante Vincent Labbé gagne à -24 devant Hervé Mollard -37 et Jean-Thierry Huot -71 qui tentera un come-back dans les années 2000.

1979 : 263 joueurs (quatre fois plus que trois ans auparavant) et le Belge Jean-Louis Luyten gagne à -76, devant les toujours jeunes Claude Del (-99) et Jean-Marc Bellot (-106)

1978 : La participation se stabilise, 198 joueurs jouent en seulement deux parties un tournoi remporté par le jeune Azuréen Claude Del (-54) précédant Claude Saint-Jean de 4 points. Le regretté joueur belge Georges Lavigne accroche le podium à -96.

1977 : 201 joueurs, Vichy devient très vite un must et c’est le jeune champion Jean-Marc Bellot qui l’emporte loin du top (-203 en 3 parties) de peu devant Michel Pialat 17 points derrière. Jean-Michel Jouannet complète le podium à distance : -304 !

1976 :  Parmi les 66 joueurs présents lors de la première édition (3 parties), combien seront présents en 2013 ? Si Marc Sélis, premier vainqueur belge à 93,10 % – autre temps –, a depuis longtemps quitté la compétition, sa dauphine Françoise Lumbroso fréquente encore les travées des tournois, contrairement au 3e, Jean-Pierre Brulé.


FISF
© 2017. Tous droits réservés - FISF. Siège social : 1190 Forest, avenue Minerve 33, Bruxelles