Retour à l'accueil
Accueil » Compétitions » Historiques commentés » Historique de la Coupe de Cannes

Historique de la Coupe de Cannes


2017 : 380 joueurs. 
Le Français Jean-François Lachaud remporte sa 6e Coupe de Cannes et sa 17e victoire dans un festival du Grand Chelem ! Il devance le Belge Christian Pierre, revenu du diable vauvert, et Florian Levy et David Bovet 3es ex aequo. Dans la foulée, Christian Pierre prend sa revanche en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem sur SWEAT en double appui, en duel face à Jean-François Lachaud. Voir la news

2016 : 456 joueurs. Le Français Guy DELORE remporte sa première Coupe de Cannes à -20, avec 4 points d'avance devant son compatriote Jean-François LACHAUD. Très belle performance également du Belge Luc THOMAS, qui monte sur la 3e marche du podium. Revanchard, Jean-François LACHAUD s'adjuge la victoire d'étape du Grand Chelem. Voir la news

 

2015 : 448 joueurs. Le Suisse Etienne BUDRY remporte sa première Coupe de Cannes à -14, avec respectivement 2 et 14 points d'avance sur les Français Antonin MICHEL et Jean-François LACHAUD. Evincé pour un petit point du podium, le Français Samson TESSIER prend une éclatante revanche en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem. Voir la news

2014 : 479 joueurs. Le Français Antonin MICHEL, champion du monde en titre, inscrit pour la 3e fois son nom au palmarès de la Coupe de Cannes, et survole l'épreuve en ne concédant que 2 petits points par rapport au top ! Deux autres Français, Jean-François LACHAUD et Florian LEVY, complètent le podium, à respectivement 9 et 11 points du vainqueur. Voir la news

2013 : 514 joueurs. L'Espoir français Fabien LEROY succède à Thierry CHINCHOLLE en remportant l'édition 2013 à -13, devançant le Tunisien Zouheir ALOULOU et le Français Étienne BUDRY 2es ex aequo à -20. Voir la news

2012 : Seulement 506 joueurs... Concurrence ou non du festival de Biarritz, coût du séjour, trop d'offres de tournois ? Thierry CHINCHOLLE remporte une nouvelle fois la coupe de Cannes à -13 pour un podium 100 % Saint-Leu-la-forêt : Jean-François LACHAUD et Florian LÉVY partagent la deuxième place à - 27. Voir la news

2011 : 632 joueurs, participation en baisse. Thierry Chincholle -9 contient Antonin Michel -15 et dépasse Jean-François Lachaud sur la dernière partie - 17. Un difficile AEMRSY? (EMbRAYÉS top, ASYMÉtRIE sous-top) fait la différence. Voir la news

2010 : 742 joueurs, Franck Maniquant - futur champion de France au top à Reims - domine à -15, suivi par Jean-François Lachaud -22 et le champion du monde en titre, Hugo Delafontaine -25.

2009 : 718 joueurs, la participation devient régulière. Antonin Michel bisse dans la foulée de sa première victoire : à -9, il précède Franck Maniquant revenu aux affaires -34 et le Messin Francis Leroy -54 ex aequo avec Thierry Chincholle qui a joué la dernière partie à la table 719, la plus proche des toilettes, pour prévenir les effets indésirables d'une gastroentérite déclarée le matin !

2008 : 684 joueurs, Antonin Michel accroche enfin Cannes à son palmarès : à -13, il n'a pas tremblé malgré le Belge Eric Vennin -46 (champion du monde cinq mois plus tard, rengaine connue) et Florian Lévy -50.

2007 : 687 joueurs, Florian Lévy est dans une forme internationale (futur champion de France à Troyes) et l'emporte à -5. Légitime déception du Poulidor suisse Hugo Delafontaine à -6. À 17 ans, l'avenir lui appartient. Guy Delore (58 ans) -44 s'annonce comme le futur Vermeil à battre. Certains disent qu'il sera imbattable.

2006 : 778 joueurs redynamisent la coupe de Cannes, jouée sous chapiteaux bien ventés. Jean-Pierre Hellebaut -33 n'en a cure et précède le très jeune Suisse Hugo Delafontaine (16 ans) -35. Pascal Fritsch 3e à -49 deviendra champion du monde à Tours cinq mois plus tard lui aussi (décidément...).

2005 : 665 joueurs, l'érosion se poursuit. Le Tunisien (et Tunisois) Zouheir Aloulou remporte à 42 ans une victoire de prestige à -23 longtemps contestée par son dauphin (et partenaire de paires dans la semaine) Thierry Chincholle à -24. La première victoire d'un Tunisien dans un festival du Grand Chelem se double de la victoire historique le jour même (27-02-05) de l'équipe de football de Tunisie à la CAN ! Florian Lévy a observé le duel à -44.

2004 : 721 joueurs, la tendance est à la baisse légère. À l’issue d'un tournoi très sélectif, Jean-François Lachaud remporte pour la cinquième fois Cannes (record de l'épreuve) à -44 (!) devant Florian Lévy ex aequo avec le Québécois Germain Boulianne -60, champion du monde à Marrakech cinq mois plus tard.

2003 : Participation stable avec 739 joueurs. Une édition remportée conjointement (comme en 1997) par Jean-François Lachaud et Thierry Chincholle à -11, les deux joueurs au top sur la dernière partie n'ont cédé ni l'un, ni l'autre. Antonin Michel -16 fait sa première apparition sur le podium cannois.

2002 : 756 joueurs assistent à la victoire du quintuple champion du monde belge Christian Pierre : à -19, il complète définitivement son palmarès en grand chelem. Mais le survitaminé Fabrice Bouvier -21 et Jean-François Lachaud (tiens, on l'avait un peu perdu de vue) à -22 lui ont donné du fil à retordre.

2001 : La catégorisation des épreuves aboutit à un net reflux dans la participation à la Coupe de Cannes : seulement 699 joueurs. Vincent Derval gagne l'épreuve à -9, suivi par Thierry Chincholle -17 (qui aurait aimé fêter ses 35 ans autrement) et Florian Lévy -19. Vincent arrêtera la compétition quelques mois plus tard.

2000 : 1205 joueurs... le succès omniprésent va poser des problèmes pour l'arbitrage et les inscriptions. Une réflexion s'engage à la FFsc pour scinder les épreuves en les catégorisant. En attendant, Anthony Clémenceau peut se targuer d'avoir remporté le "Cannes" le plus important en nombre de joueurs. À -13 (brillant), il crée une relative surprise en gagnant au sprint devant les frères ennemis Franck Maniquant -15 et Emmanuel Rivalan -16.

1999 : Le palais des festivals en travaux, la solution de remplacement anticipée a été Avignon. Cadre spectaculaire au pied d'un autre palais, celui des Papes. 999 joueurs seulement (...), Jean-Pierre Hellebaut -8 entame sa période faste devant le Strasbourgeois Pascal Fritsch solide dauphin à -9 et le joueur en forme de l'année Laurent Loubière -20.

1998 : 1020 joueurs venus étrenner l'ODS3, quel enthousiasme ! Le podium est inédit cette année avec le Parisien Florian Lévy (25 ans) -16, suivi d'Anthony Clémenceau -22 et le Belge Philippe Ruche -26.

1997 : 921 joueurs, on se rapproche de Vichy ! Le charismatique Franck Maniquant gagne à 34 ans son premier "Cannes" à -5 mais doit partager sa victoire avec Emmanuel Rivalan, celui-là même qui l'avait battu en départage aux CDM à Saint-Malo en 1993. Le 3e ? Jean-François Lachaud évidemment : -21.

1996 : Le succès se confirme : 785 joueurs pour une pause ensoleillée au cœur de l'hiver. Podium international composé de l'inévitable Jean-François Lachaud -24 (champion du monde en titre), du Belge Jérôme Lemaire -32 et du Belgo-Suisse Jean-Pierre Hellebaut -41. On se souviendra d'un solo joué par Marie-France Girard avec DICTÉe (mot pourtant connu…).

1995 : L'époque dorée commence... 745 joueurs ! Aurélien Kermarrec devient, à 19 ans, le plus jeune vainqueur. À -12, il précède Jean-François Lachaud -28 et un joueur en progression Thierry Chincholle -35.

1994 : 550 joueurs assistent à la victoire d'un outsider, le jeune Rouennais Aurélien Delaruelle (-27) très prometteur dans la lignée de son mentor Emmanuel Rivalan. Le second Laurent Dauvilliers -31 est un transfuge du jeu des Chiffres et des Lettres. Jean-François Lachaud -33 s'abonne aux podiums cannois. Cette édition est marquée par la première étape officielle du Grand Chelem, invention du Suisse Patrice Jeanneret.

1993 : La participation évolue peu : 524 joueurs. Jean-François Lachaud l'emporte in situ à -27. Ses dauphins ? Des joueurs réputés de Côte d’Azur, Claude Del -77 (qui arrêtera la compétition en 2000) et Jean-Louis Pallavicini -89 (qui disparaîtra bien trop tôt quelques mois plus tard).

1992 : 512 joueurs retrouvent avec plaisir la Croisette. Emmanuel Rivalan (22 ans) arrive à maturité et l'emporte à -18, suivi du champion du monde 1990, Marc Treiber, -29 et de Jean-François Lachaud -45. Le podium des hommes en forme !

1991 : Les événements (guerre du Golfe) ayant entraîné l'annulation du Festival international des Jeux, la FFsc organise en remplacement un tournoi à Vichy (appelé aussi Kanavichy). 294 joueurs seulement, le podium est 100 % " Paris-Elysées" : Jean-François Lachaud (22 ans et 13 ans de pratique du scrabble duplicate derrière lui) gagne à -31, suivi d'Edouard Huberdeau (que l'on ne reverra plus dans les tournois !) -46 et Philippe Lorenzo -55.

1990 : Premier tournoi d'ampleur ODS1 (429 joueurs) et Philippe Bellosta gagne une nouvelle fois. À -28, il a dû batailler avec le très doué Edouard Huberdeau (joueur de 2e série !) -35 et le joueur montant Emmanuel Rivalan -47.

1989 : 382 joueurs, mais le Palais des Festivals est assez grand pour accueillir d'autres joueurs. Des parties sélectives au programme et Philippe Bellosta gagne à -60, suivi de peu par Bruno Bloch -62 et le métronome Patrick Vigroux à -67.

1988 : 343 joueurs, le succès se confirme. Michel Duguet accroche enfin "Cannes" à son palmarès à sa troisième tentative. À -2 (!), il précède le champion du monde 1986, Philippe Bellosta -32 et le joueur local niçois Jean-Paul Pallavicini -58.

1987 : 2e édition dans le cadre du Festival international des Jeux et déjà 300 joueurs, le bouche-à-oreille a fonctionné. Le tout jeune Bruno Bloch (21 ans) l'emporte à -52 devant le Poulidor provisoire du palmarès, Michel Duguet à -58. Eddy Clauwaert (Belgique) complète le podium à -73.

1986 : 1er festival de Cannes joué en 5 parties. Le double champion du monde francophone Benjamin Hannuna (32 ans) gagne à -80 de peu devant les jeunes Michel Duguet (-84) et Bernard Caro (-95). 255 joueurs ont pu dire "j'y étais".

FISF
© 2017. Tous droits réservés - FISF. Siège social : 1190 Forest, avenue Minerve 33, Bruxelles