Retour à l'accueil
Accueil » Compétitions » Historiques commentés

Historiques commentés - Scrabble® francophone

Historique des championnats du monde

2016 – Agadir (Maroc)

Félicitations aux lauréats, avec une mention spéciale pour l'Afrique :

  • Hugo DELAFONTAINE (Suisse, champion du monde Élite Duplicate pour la 3e fois (à -32) & vainqueur du Défi mondial)
  • Arnaud MULONDA (Congo démocratique, vice-champion Élite Duplicate à -50)
  • Nigel RICHARDS (Nouvelle-Zélande, podium Élite Duplicate et 9 parties topées sur 11 en y ajoutant le blitz !)
  • Abib ALABI (Côte d'Ivoire, champion du monde de Scrabble classique) 
  • Gildas MADELA (Gabon, vice-champion du monde de Scrabble classique)
  • Jean-François LACHAUD (France, champion du monde de blitz à -14)
  • N'Dongo et Mactar SYLLA (Sénégal, champions du monde par paires à -8)
  • Simon VALENTIN (France, vainqueur du Défi des jeunes et champion Junior Élite et blitz)

  • Site officiel
  • News FISF

 

2015 – Louvain-la-Neuve (Belgique)

Elite Duplicate
3 ans après Montauban, le Suisse David BOVET conquiert son 2e titre de champion du monde Elite de Scrabble ! Il conserve un tout petit point d'avance sur la sensation de ces championnats, le Néozélandais Nigel RICHARDS.

Elite classique
Du jamais vu ! Le Néo-Zélandais Nigel RICHARDS, triple champion du monde anglophone, a réalisé l'exploit phénoménal de remporter le titre de champion du monde de Scrabble classique francophone dans une langue qu'il ne parle pas et après avoir appris l'ODS en seulement 9 semaines ! En finale, il s'est imposé par deux manches à une face au Gabonais Schélick ILAGOU REKAWE, déjà finaliste malheureux l'an passé.

Paires
Franck MANIQUANT & Benoit DELAFONTAINE remportent leur 3e titre consécutif de champions du monde par paire et avec la manière ! Ils bouclent en effet seuls au top la dernière partie de blitz, marquée par un RHABILLEUR de très haute tenue, en triple appui (trio dans la salle), pour finir à -3 sur les 6 manches !

Blitz
Le Français Thierry CHINCHOLLE remporte, à l'expérience, son premier titre mondial de "Lucky Luke du Scrabble", avec respectivement 14 et 31 points d'avance sur le Sénégalais N'Dongo Samba SYLLA et le Suisse Kévin MENG.

Mais la véritable sensation a été créée par l'atypique joueur néozélandais Nigel RICHARDS qui, bien que ne parlant pas un mot de français, a remporté seul au top la première partie (sa première jouée en duplicate), au nez et à la barbe de tous les Francophones ! Une performance phénoménale saluée par une standing ovation !

Défi des jeunes
Neil CLOW a de KWA être fier d'avoir vaincu en duel le favori Simon VALENTIN !

Défi mondial
Après trois premiers coups plutôt tranquilles, surgit un terrible MU(P)HTI qui ne laisse plus que sept rescapés ! Il faut finalement attendre le 7e coup pour entendre que seul Nigel RICHARDS a trouvé le top (CHNOUF), mais oublié de le raccorder. Malgré le désir compréhensible et sympathique d'une partie du public d'accorder un joker au Néo-Zélandais, une décison concertée est prise : Nigel RICHARDS est éliminé et seuls restent en lice Étienne BUDRY et Florian LÉVY, les deux seuls joueurs à avoir joué le sous-top VULGO bien raccordé. Étienne BUDRY décide, à chaud, de délarer forfait et Florian LÉVY est aussitôt désigné vainqueur. L'élimination de Nigel RICHARDS est certes regrettable, mais faute de raccord, le règlement s'applique à tous. Rendez-vous pour la revanche à Agadir en 2016 !

 

2014 – Aix-les-Bains (France)

Le Français Antonin MICHEL est champion du monde 2014 de Scrabble en blitz... au top ! Il devance ses compatriotes Samson TESSIER et Romain SANTI de respectivement 7 et 14 points.

Après 3 finales consécutives perdues, la 4e – 100 % africaine – aura finalement été la bonne pour le Béninois Julien AFFATON, champion du monde 2014 de Scrabble classique ! Il s'impose en 2 manches sèches (419-351 / 490-430) face à son adversaire gabonais Schélick ILAGOU REKAWE.

La paire franco-suisse composée de Benoit DELAFONTAINE et Franck MANIQUANT s'impose à -3 en 6 manches, conservant ainsi son titre de paire championne du monde !

Le Suisse Hugo DELAFONTAINE conquiert son 2e titre de champion du monde Elite à -7 en 7 manches ! Il devance de respectivement 4 et 16 points le Québécois Francis DESJARDINS et le Français Antonin MICHEL.

Chez les aînés, Guy DELORE (13e) reste intouchable et chez les jeunes, Gaston JEAN-BAPTISTE (64e) conserve son titre.

 

2013 – Rimouski (Québec)

Le Français Christian COUSTILLAS remporte le titre de champion du monde de Scrabble classique. A l'issue des 17 rondes qualificatives, il sort vainqueur de son duel en 3 manches face au Béninois Julien AFFATON, déjà finaliste en 2011 et 2012.

Le Suisse Benoit DELAFONTAINE et le Français Franck MANIQUANT sont champions du monde de Scrabble par paires à -4.  Ils devancent de 5 points la paire belgo-suisse SANTI/MENG et de 6 points la paire franco-suisse LEROY/BOVET.

L'Espoir suisse Hugo DELAFONTAINE survole le championnat du monde de blitz Duplicate à -24 en 4 manches. Il devance les Français Antonin MICHEL (-47), Florian LEVY et Samson TESSIER (-50).

Il l'a fait ! Le Français Antonin MICHEL, au sommet de son art, remporte son 4e titre de champion du monde en réalisant l'exploit inédit de toper les 7 parties du championnat Elite ! Il devance la jeune garde suisse composée de David BOVET (vice-champion du monde à -15), Hugo DELAFONTAINE (-20) et Kévin MENG (-25).

 

2012 – Montauban (France)

Au Français Jean-François RAMEL, champion du monde Classique en 2011, succède un autre Français, Pierre-Olivier GEORGET, vainqueur de son duel en 3 manches face au Béninois Julien AFFATON, déjà finaliste l'an passé.

Les Français Luc MAURIN et Antonin MICHEL sont champions du monde de Scrabble par paires Duplicate, au top sur les 6 parties ! Ils devancent de 2 points la paire franco-suisse FONTAS/BOVET et la paire franco-sénégalaise DIENG/SYLLA.

L'Espoir (!) français Fabien LEROY survole le championnat du monde de blitz Duplicate à -4 en 4 manches, pulvérisant le précédent record de l'épreuve (-10) ! Il devance ses deux compatriotes Jean-François LACHAUD à -14 et Thierry CHINCHOLLE à -21.

Un an après le formidable exploit du jeune prodige québécois Francis DESJARDINS, champion du monde Élite Duplicate la veille de ses 20 ans, l'Espoir suisse David BOVET, 23 ans, inscrit son nom au palmarès du championnat du monde Élite 2012. Il devance les Français Étienne BUDRY et Jean-François LACHAUD.

 

2011 – Montreux (Suisse)

La "Riviera" suisse accueille, 30 ans plus tard, les championnats du monde : dix des joueurs sélectionnés en Élite figuraient déjà au classement de Montreux 1981 !

Des souvenirs sont évoqués avec les intéressés, sous la statue d’un vibrant et fiévreux Freddy Mercury qui, à l’époque, électrisait les foules ici même… Le site internet des championnats est une réussite, le commentaire éclairé des parties par Pierre Calendini étant fort apprécié des internautes.

Un championnat gagné par un jeune Québécois qui fête ses 20 ans le lendemain de son titre : ou comment se faire un cadeau inoubliable et amplement mérité, car résister deux parties d’affilée à un Antonin Michel bouillonnant trois points derrière dénote un mental d’acier.

Francis Desjardins devient le deuxième vainqueur québécois de l’histoire du Scrabble Duplicate, et s’annonce comme un rival d’envergure (le plus dangereux ?) pour Antonin durant les prochaines années…

 

2010 – Montpellier (France)

Ah, Montpellier… Siroter un cocktail à l’ombre sur la place de la Comédie, regarder passer les plus jolies demoiselles de France, caché derrière ses lunettes de soleil. Tout concourt à l’évasion dans la cité languedocienne, et il est bien difficile de se concentrer sur le jeu.

Au sein du spacieux et confortable Corum, un joli match à trois dans une épreuve Élite dominée par les Français : Antonin Michel conquiert son troisième titre, mais Didier Roques et Étienne Budry lui ont livré une belle résistance. La féminisation de TROUPIER fait grincer bien des dents, le mot sera valable en 2012.

 

2009 – Mons (Belgique)

On rentre pour quatre ans dans des toponymes de championnats du monde en MON-… Mons, près de la frontière française, accueille, "avec le sourire" et sous une température clémente, les scrabbleurs pressés d’aller caresser la tête du singe de l’hôtel de ville, garantie de succès futur.

De nombreux espoirs déçus, cependant… et un nouveau champion se révèle à la face du Scrabble francophone : le jeune Suisse Hugo Delafontaine (20 ans), qui ne restera pas de MARBRENT au moment de l’annonce de son titre individuel, au lendemain d'un premier titre conquis en paire.

La bruyante et sympathique colonie suisse fête son nouveau héros comme il se doit : le drapeau rouge à croix blanche flottera longtemps, dans la nuit, sur la Grand-Place de Mons !

 

2008 – Dakar (Sénégal)

Dakar, 18 ans après… la période retenue (août) rencontre plus de succès qu’en 1990 (décembre), même si la température est difficile à supporter. Sous des tentes difficiles à climatiser, les joueurs suent sang et eau, et ce championnat se jouera sur le physique.

Le podium est inattendu : Éric Vennin est un joueur belge connu, mais sans palmarès à ce niveau de compétition. Au bout de sept parties dantesques, il triomphe largement à -60, devant Aurélien Delaruelle et le duo Louis Eggermont - Eugène Lama.

Des coups meurtriers (CaBILLOT élimine Antonin Michel dès la première partie, MOULINETTE en triple appui, KARMIqUE, COLUMBIDÉ), des aberrations (Thierry Chincholle joue DE(B)RAQUA à la place de DE(T)RAQUA 112 !), des coups somptueux (QUADRUMANE en collante, sous-top de DE(T)RAQUA, et IMPÉTUEUSE en triple appui, solo de Christian Pierre) ont rendu complètement fou ce championnat où les Sénégalais, pourtant à domicile, n’ont pas confirmé leurs résultats de l’année précédente.

L’ambiance festive des "37es championnats du monde de Scrabble francophone" (hymne joyeux) restera néanmoins dans les mémoires.

 

2007 – Québec (Québec)

19 ans après, retour sur les berges du Saint-Laurent, face à l’île d’Orléans… Un an avant Dakar, le Sénégal annonce les couleurs (jaune et verte), remportant trois titres sur quatre, grâce aux frères N’Dongo Samba et Mactar Sylla en paires, Mactar tout seul en blitz (comme son frère l’avait été cinq ans plus tôt à Montréal) et Amar Diokh en classique.

Antonin Michel remporte son second titre mondial en élite, se permettant de ne pas scrabbler sur un coup joker : ELMOSY ? (+ B = SYMbOLE, + P = OLYMpES), grâce à une lucrative solution de défense.

2006 – Tours (France)

Antonin Michel tombe cette année sur un os alsacien : Pascal Fritsch est à l’heure avant la dernière partie… Toujours placé, jamais gagnant, le flegmatique Alsacien conquiert, à 42 ans, un titre mondial inespéré : "je n’y croyais plus…". Les compétiteurs se souviennent de SCRIPT posé en O5 qui, à défaut de JAVASCRIPT en O1, a généré ensuite de lucratifs et sélectifs SCRIPTURAUX !

Parfait Mouanda s’illustre aussi : il est le vainqueur du premier championnat du monde de Scrabble classique, disposant en finale d’Henry-Marcel Engonge par deux manches à zéro.


2005 – Neuchâtel (Suisse)

Une précision suisse, des tableaux géants, une organisation peaufinée dans ses moindres détails, un parfum de vacances au bord du lac ... Que de chemin parcouru en 20 ans ! L'an I du règne annoncé d'Antonin Michel, maintenant champion du monde senior, et pourtant, il n'est toujours pas bien vieux...

 

2004 – Marrakech (Maroc)

Retour en Afrique, au Maroc cette fois, pour offrir sous la responsabilité directe de la FISF des Championnats "vacances" renouant avec de très anciennes traditions (Hammamet 1982...) Un excellent souvenir pour tous les participants, ravis d'avoir joué dans l'environnement rêvé de l'hôtel Les Idrissides où logeaient la plupart des participants (y compris les jeunes) et où se déroulaient les compétitions. La formule rêvée pour favoriser au mieux les rencontres entre scrabbleurs de tous âges et de tous pays. Et un premier titre majeur pour le champion québécois Germain Boulianne, qui pourtant avait hésité à venir !

2003 – Liège (Belgique)

Sans conteste les Championnats les plus chauds ... Jean-Pierre conserve son titre sous la canicule, Arona Gaye offre enfin au Sénégal une place sur le podium en Elite, et Jérôme Le Maire prouve que les scrabbleurs peuvent aussi avoir de remarquables talents de comédien...


2002 – Montréal (Québec)

Encore des innovations techniques chez nos amis québécois, avec le remplacement des tableaux de jeu par des écrans géants. Rien à dire, c'est très chouette, tout comme le match des personnalités disputé devant un très nombreux public, le tout dans l'ambiance à la fois cosmopolite et accueillante d'une métropole particulièrement attachante. Et bravo à Jean-Pierre Hellebaut qui s'impose en Elite, tandis que N'Dongo Samba Sylla, en blitz, apporte un nouveau titre au Sénégal.

2001 – La Rochelle (France)

Une organisation décidée très tardivement : les Championnats devaient se tenir à Beyrouth mais les soubresauts persistants au Liban ont entraîné une décision d'annulation à quelques mois de l'épreuve. Un an après Paris, la Fédération Française s'y colle donc à nouveau et, sous la houlette d'Yves Gilbert, offre des championnats très réussis dans un environnement enchanteur ... L'air de La Rochelle sourit à Franck Maniquant (déjà champion de France ici même en 1991) : il prend sa revanche sur l'édition 2000 et conquiert enfin, et avec la manière (les six premières parties au top), un premier titre francophone amplement mérité.

 

2000 – Paris (France)

Un sacré "pari" que cette organisation dans la capitale de la francophonie, un beau succès à la clé, et des médias cette fois bien présents, même si l'Open n'a pas tout à fait atteint les 1000 joueurs escomptés. L'auditorium de la Cité des Sciences de La Villette a été le théâtre de joutes acharnées, et la représentation francophone au rendez-vous, avec même la présence inédite de deux charmantes joueuses vietnamiennes. N'Dongo Samba Sylla et Arona Gaye offrent un premier titre mondial en paires au Sénégal, et Florian Lévy s'octroie l'individuel.

1999 – Bulle (Suisse)

L'occasion pour beaucoup de découvrir une région magnifique, la Gruyère, où nous avons toujours plaisir à retourner pour le festival de Charmey. Une animation médiatisée avec une simultanée en Scrabble classique (mais oui, déjà !) opposant Franck Maniquant à 12 adversaires ... avec 11 victoires à la clé pour le champion. Et nous découvrons deux frères prénommés Hugo et Benoît, qui n'ont pas fini de faire parler d'eux...

1998 – Bruxelles (Belgique)

Retour dans la capitale belge, 13 ans après, dans le cadre parfaitement fonctionnel des Pyramides (non, nous ne sommes pas en Egypte...). Un nouveau titre pour Christian Pierre, tandis que l'étoile filante Olivier Gaston l'emporte en Juniors, et la regrettée Andrée Mengelle chez les Vermeils. On en est déjà à la troisième édition de l'ODS et les pères du Scrabble que sont Hippolyte Wouters, Jean Zengers et Pierre Deneumostier sont bien sûr de la fête ! Pour la première fois, les championnats sont retransmis sur internet.

1997 – Saint-Hyacinthe (Québec)

Une salle superbe, un environnement un peu surprenant, mais aussi et surtout un hôtel super confortable et une grande première (restée unique à ce jour) avec la possibilité de suivre en direct les parties dans les chambres, avec les commentaires éclairés de Mario Buteau, Michèle Gingras et leurs invités, grâce au réseau de télévision interne ! En l'emportant à seulement 7 points du top, Aurélien Kermarrec signe une exceptionnelle performance.

1996 – Aix-les-Bains (France)

Expo photo, conférence autour de l'ODS, cocktail en extérieur, défis disputés en auditorium (le Grand Chelem couronne le champion tunisien Zouheir Aloulou), animations publiques dans le parc, un nouveau titre pour Christian Pierre, une première victoire chez les Vermeils pour Jean Denouel, et un premier prix d'organisation pour Paul Vieilly qui, faut-il le dire, n'en était pas à son coup d'essai...

1995 – Ovronnaz (Suisse)

Les plus hauts Championnats du Monde (altitude 1400 m) offrent un premier titre à Jean-François Lachaud, tandis que le cadre très "vacances" a rendu la semaine bien courte ... Ovronnaz voit aussi l'attribution du premier titre Vermeil qui revient à Pierre Eracle, tandis que deux jeunes Belges, Cédric Van den Borren et Simon Lambert, pointent le bout de leur nez...

1994 – Libramont (Belgique)

Un championnat qui à l'époque a fait couler beaucoup d'encre et généré des tensions... le choix du site n'ayant pas fait l'unanimité. Comme de coutume, on n'en retiendra finalement que les bons souvenirs, et un nouveau titre dans l'escarcelle de Christian Pierre.

1993 – Saint-Malo (France)

Sans doute le plus beau cadre de jeu, mais pas le plus favorable à la concentration, avec les salles du Palais du Grand Large ouvrant directement sur l'océan. Pour la première fois, une présence significative des médias. Et un nouveau départage au finish, qui voit Emmanuel Rivalan prendre le meilleur sur Franck Maniquant, il est vrai blessé la veille, lors du traditionnel match de foot...

1992 – Hull (Québec)

Si les cadres suisses sont le plus souvent champêtres, au Québec ce sont les grands complexes "tout intégré" qui prédominent. Hull, un simple pont à franchir sur la rivière des Outaouais, et vous voilà en territoire anglophone, à Ottawa.Une alarme incendie en forme de gag oblige à interrompre un moment la cérémonie finale.

 

1991 – Fleurier (Suisse)

Environnement bucolique et patinoire quelque peu surchauffée, l'édition 1991 au Val-de-Travers marque l'avènement de Christian Pierre, tandis que les blues brothers suisses siègent sur le podium central...

1990 – Dakar (Sénégal)

Première édition en Afrique Noire et un bilan positif, même si la période retenue (semaine de fin d'année) ne contribuait pas à une participation importante. Marc Treiber prend sa revanche sur l'édition précédente et s'offre aussi les paires, associé à Thierry Chincholle.

 

1989 – Namur (Belgique)

Entre Sambre et Meuse, les Championnats du Monde sont d'abord marqués par la présentation et l'avènement de la 1re édition de l'Officiel du Scrabble. Au plan sportif, Michel Duguet maintenant retraité, il faut recourir à l'addition des places sur les parties jouées (système en vigueur à l'époque) pour départager Paul Levart et Marc Treiber, ex aequo à l'issue de la compétition.

1988 – Québec (Québec)

La superbe salle climatisée du Centre des Congrès est un havre de fraîcheur qui repose de la touffeur extérieure ... Michel Duguet remporte son 5e titre devant Jean-Louis Pallavicini, la photo avec Antonin fait un peu passage de témoin ... La boucle sera bouclée en 2007 avec un retour à Québec que beaucoup de joueurs attendent avec grand plaisir !

 

1987 – Metz (France)

Hervé Mollard et Eddy Clauwaert n'ont ni l'un ni l'autre de partenaire un quart d'heure avant le 1er coup du championnat par paires. Philippe Bellosta, au courant de tout cela, les "marie" in extremis.

De Bruno Bloch à Philippe Bellosta, vers la fin de la première manche du championnat du monde par paires : "Quand même, ce serait plutôt immoral qu'on finisse au top cette partie ... On n'arrête pas de déconner depuis une heure !"

"Ah ! ECU, 18 points ... Tu vois, c'est normal, on perd un point !" Quelques jours plus tard, dernier coup de la 4ème et dernière manche. "Tout compte fait, c'est un peu dommage d'avoir perdu ce point ... Finir vice-champions du monde à -1, c'est un peu rageant, non ?" Hervé Mollard et Eddy Clauwaert, eux, n'ont pas perdu de point du tout et sont champions du monde... au top !

1986 – Lausanne (Suisse)

Michel Duguet a perdu 30 points dès le deuxième coup du Championnat (PUREAUX, refusé), les vautours se sont précipités sur l'aubaine, mais à l'attaque de la dernière ligne droite, seul Philippe Bellosta a résisté au retour du maître, et possède encore 5 points d'avance.

Les deux protagonistes sont encore tous les deux au top lorsque le leader se rend compte in extremis qu'il a effectué une erreur de tirage. Se précipiter sur un bulletin, jouer quelque chose, TARIT, lever le bulletin, 13 points. 3 de moins que le top. Ne pas se déconcentrer lorsque l'on reçoit un zéro pour bulletin illislble, mais avec possibilité d'appel. Ne plus rien perdre sur la partie, faire appel, récupérer les 13 points et remporter un superbe titre.

 

1985 – Bruxelles (Belgique)

Première participation zaïroise à des Championnats du Monde. Les ténors sont assez peu méfiants, mais vont rapidement apprendre à connaître Eugène Lama et surtout Albert Botoko.

- "Alors, comment as-tu joué ?
- Mal, j'ai raté ACTIF, je suis à -6 de la partie."

Sans commentaires.
Longtemps dans les 10 premiers, Botoko terminera à une remarquable 14e place.

 

1984 – Montréal (Québec)

Michel Duguet y est allé de son solo dans la manche précédente avec CRAWL. Oui, oui, il s'agit bien du championnat du monde... Et dans cette jolie avant-dernière partie, on vient de jouer GLANE, le G formant LEGE et le A se plaçant devant BONNE. Un coup intéressant pour 22 points.

Mario Buteau, lui, est convaincu d'avoir pris zéro. Eh oui, il a proposé, au même endroit, GNAULE pour 23 points. Score supérieur au top : verdict inéluctable.

Mais ne voilà-t-y pas Michel Lahmi qui arrive en galopant de la salle d'arbitrage, se précipite vers Mario, le rassure et le félicite : GNAULE est parfaitement valable, rapportera 23 points plus 10 de solo, un solo momentanément et malheureusement enterré par l'arbitrage !

 

1983 – Grenoble (France)

Bon, c'est entendu, Michel Duguet est intouchable et gagnera sans problème son deuxième Championnat du Monde d'affilée. La lutte pour la deuxième place est en revanche très ouverte. Mais, semble-t-il, personne n'en veut, jugez plutôt :

  • Benjamin Hannuna, en posant FEERIE au lieu de FERIEE sur sa grille, prend un zéro de 50 points au coup suivant.
  • Marc Esquerré, en posant LISSE au mauvais endroit, perd une trentaine de points au coup suivant.
  • Eddy Clauwaert, en voulant transformer HALAT en HALVA au dernier moment, rend son bulletin illisible et prend illico un zéro.
  • Hervé Mollard, en voulant gagner 5 points sur les 77 d'ENSILENT ou ENLISENT, joue LESIONNE et prend zéro (vive l'ODS 2).
  • ... et qui reste-t-il, écharpe blanche autour du cou ? Eh bien, Franck Pluven, simple remlplaçant en Equipe de France qui a bénéficié du retrait de Jean-Pierre Brelle... et des frasques des autres candidats !

1982 – Hammamet (Tunisie)

Le championnat vient tout juste de commencer. Ceux qui connaissent ARIOSO ont inscrit 14 points, les autres ont déjà laissé filer deux points. EOPTTY?. Le deuxième coup ne sera pas une sinécure. Pas encore d'OPTOTYPE, PHYTOPTE ne passe pas, TYPOTE(S) en 9B, mettant ARIOSO au pluriel, scrabble, mais le top est TYPERO(N)T en quadruple, 122 points. Et 90 de perdus pour Benjamin Hannuna qui, en pleine panique, joue ... TYPER, au même endroit, pour 32 points, préservant "O?T" ... ?!

Dernier ou presque du Championnat après 2 coups, le grand moustachu effectuera une remontée extraordinaire pour arracher la deuxième place, loin derrière Michel Duguet, certes, mais à seulement 86 points du titre...

 

1981 – Montreux (Suisse)

L'art et la manière de faire un solo. Par Didier Clerc. Avec un mot connu de tous. Joué par plusieurs joueurs, d'ailleurs. Sur le même coup, en plus. Au même endroit, de surcroît. Sans erreur de raccord. Eh ! eh ! vous êtes babas.

Eh bien, voilà, dans ESSUIENT il y a deux S. Ne riez pas, c'est vrai et rudement important pour comprendre la suite. Dans le tirage en question il n'y avait qu'un seul S, accompagné néanmoins d'un joker. Bon. Pour réaliser le top, il faut donc jouer ESSUIENT, mais ce n'est pas suffisant. La place du vrai S est essentielle. Didier Clerc a optimisé son choix, les autres ont soit entouré le S qu'il ne fallait pas, soit pas entouré du tout ledit joker. Tant pis pour eux, tant mieux pour Didier Clerc.

1980 – Liège (Belgique)

  • Élite : 1. Vincent LABBÉ (FR) - 2. Robert LAÏK (FR) - 3. Marc SÉLIS (BE)
  • Juniors : 1. Éric LAVIGNE (BE) - 2. Véronique KEIM (CH) - 3. Jean-Philippe VISEUX (FR)
  • Paires : Vincent LABBÉ et Serge KOUROTCHKINE (FR) - 2. Claude DEL et Michel PIALAT (FR) - 3. Jean-Paul FAUR et Paul LEVART (FR)

 

1979 – Vichy (France)

  • Élite : 1. Benjamin HANNUNA (FR) - 2. Vincent LABBÉ (FR) - 3. Thierry DELLAC (FR)
  • Juniors : 1. Éric LAVIGNE (BE) - 2. Véronique KEIM (CH) - 3. L. JOLY (FR)
  • Paires : 1. Georges LAVIGNE et Y. RENSON (BE) - 2. Michel BOHÉ et Charles COLONNA (FR) - 3. Rolland NINO et Thierry DELLAC (FR)

 

1978 – Bruxelles (Belgique)

  • Élite : 1. Yvon DUVAL (BE) - 2. Claude DEL (FR) - 3. Benjamin HANNUNA (FR)
  • Juniors : 1. Eddy CLAUWAERT (BE) - 2. Thierry MUES (BE) - 3. Didier CLERC (FR)
  • Paires : 1. Jean-Louis LUYTEN et Marc SÉLIS (BE) - 2. Jean-Marie DAVID et Guy DE BRUYNE (BE) - 3. Robert LAÏK et Hervé MOLLARD (FR)

 

1977 – Aix-les-Bains (France)

  • Élite : 1. Jean-Marc BELLOT (FR) - 2. Michel PIALAT (FR) - 3. Claude SAINT-JEAN (FR)
  • Juniors : 1. Claude DEL (FR) - 2. Thierry DELLAC (FR) - 3. Robert LAÏK (FR)
  • Paires : 1. P. DESMOULINS et Claude SAINT-JEAN (FR) - 2. Michel BOHÉ et Michel LEWANDOWSKI (FR) - 3. Nicolas RAPPEZ et Catou FORTEMPS (BE)

 

1976 – Djerba (Tunisie)

  • Élite : 1. Marc SÉLIS (BE) - 2. Michel CHARLEMAGNE (FR) - 3. Yvon DUVAL (BE)
  • Paires : 1. Nadine WANTENS et André VAN BUGGENHOUT (BE) - 2. Maurice-André et Myriam VAN GYSEL (FR) - 3. Michel CHARLEMAGNE et Michel PIALAT (BE)

 

1975 – Estepona (Espagne)

C'est l'Espagne qui accueille cette 4e édition, remportée pour la première fois par un Français : Michel CHARLEMAGNE, qui se fera connaître par la suite en éditant "Le Grand Guide Marabout du Scrabble®".

En 1975, les parties se jouent encore en "décomposé", c'est-à-dire que le dernier coup consiste à former simultanément plusieurs mots sur la grille en utilisant une lettre différente à chaque fois.

  • Élite : 1. Michel CHARLEMAGNE (FR) - 2. Marc SÉLIS (BE) - 3. Yvon DUVAL (BE)
  • Paires : 1. Nadine WANTENS et André VAN BUGGENHOUT (BE) - 2. Maurice-André et Myriam VAN GYSEL (FR) - 3. Michel CHARLEMAGNE et Michel PIALAT (BE)

 

1974 – Monaco (France)

Élite : 1. Marc SÉLIS (BE) - 2. Dominique DARMSTAEDTER (BE) - 3. Jean DUBOIS (BE)


1973 – Liège (Belgique)

Le premier "vrai championnat du monde" est remporté par Agnès LEMPEREUR (BE). Les Belges affirment leur suprématie durant cette décennie.

Élite : 1. Agnès LEMPEREUR (BE) - 2. Dominique DARMSTAEDTER (BE) - 3. Ruth GRADOM (BE)

 

1972 – Cannes (France)

Le premier championnat du monde de Scrabble francophone a lieu en 1972, à Cannes. Il s'agit en réalité d'un simple tournoi Duplicate, organisé avec le club de Cannes et rebaptisé, après coup, "1er championnat du monde". L'épreuve est remportée par Hippolyte WOUTERS (BE), par ailleurs inventeur de la formule Duplicate.

H. Wouters remporte ce titre grâce à un conditionnel erroné qui s'avère être un authentique imparfait (l'anecdote, maintes fois répétée, a perdu de son sel depuis que le verbe TÔLER est rentré dans l'ODS).

Élite : 1. Hippolyte WOUTERS (BE) - 2. Sarah WOLFOWICZ (BE) - 3. Agnès LEMPEREUR (BE)


 

Historique de la Coupe d'Aix-les-Bains


2016 : (982 joueurs) Le Suisse David BOVET remporte son premier festival aixois à -5 en 5 parties, avec 4 points d'avance sur les Français Samson TESSIER et Jean-François LACHAUD 2es ex aequo, ce dernier s'adjugeant ensuite la 1re étape du Grand Chelem de la saison.

2015 : (865 joueurs) Le Français Florian LÉVY inscrit pour la première fois son nom au palmarès de cette épreuve, qu'il remporte à -6 en 5 manches, de haute lutte devant son compatrioteThierry CHINCHOLLEet le Suisse Étienne BUDRY, à respectivement 1 et 5 points du vainqueur. Le Français Romain SANTI s'adjuge l'étape du Grand Chelem, en remportant son duel face au Belge Éric VENNIN.


2014 : (810 joueurs) Le Français Antonin MCHEL Aix-celle à -2 et remporte ainsi sa 5e Coupe d'Aix, ainsi que l'étape du Grand Chelem ! Les Français Jean-François LACHAUD et Didier ROQUES complètent le podium à respectivement 5 et 27 points du vainqueur.

2013 : (892 joueurs) Le Suisse Etienne Budry s'impose brillamment à -14 sur des parties jugées ardues (dont 2 scrabbles uniques en double appui : OVULATION et EFFANAGES). Il devance les Français Thierry Chincholle (-19) et Fabien Leroy (-47). L'étape du Grand Chelem international est remportée par le Belge Louis Eggermont, grâce à un JUNK bien planqué !

2012 : (920 joueurs) Baisse sensible de participation ...A l'issue de parties assez mornes (sauf la dernière), Hugo Delafontaine -9 inscrit pour la première fois son nom au palmarès. Marc Bruyère -16 réalise un magnifique parcours et le futur champion de France Fabien Leroy -21 s'annonce comme un vainqueur potentiel dans un avenir proche. Et pourquoi pas en...

2011 : (1046 joueurs) Antonin Michel insatiable gagne pour la 5° fois...à -17, il a encore un peu de marge sur Christian Pierre -21 et Etienne Budry -22 longtemps en tête.

2010 : (1017 joueurs) Antonin Michel gagne pour la 4° fois (record) : -8 , mais Laurent Loubière tenant au palmarès a bien résisté à -26. Romain Santi -28 réalise un beau parcours.

2009 : (1069 joueurs) Laurent Loubière, 42 ans, gagne le premier tournoi du grand chelem de sa carrière : à -18,  il précède son ami Thierry Chincholle -20 et Guy Delore -23. Antonin Michel aurait gagné s'il avait osé LYCOPE. Mais avec des si...

2008 : (1042 joueurs) Antonin Michel reprend son bâton de maréchal : à -2, il doit subir néanmoins les assauts de Florian Lévy -5 (qui y croit toujours) et de Christian Pierre -10. Dure, la vie de champion ;-)

2007 : (1095 joueurs) Le Rouennais Aurélien Delaruelle a fait d'"Aix" son jardin en gagnant pour la 2° fois : à -8, il lâche de peu Jean-François Lachaud -16 et Jean-Pierre Hellebaut -20. Aurélien remportera aussi trois Coupes de Savoie consécutives dans la période du festival d'Aix !

2006 : (1192 joueurs) Record de participation en cours. Thierry Chincholle vainc enfin la malédiction de la table 1 à Aix. A -34, il prècède Jean-François Lachaud -35. En perdant quatre points au dernier coup...histoire de se mettre un peu plus la pression. Eric Parpal complèle le podium à -46. Des parties riches en scrabbles difficiles expliquent la hauteur des négatifs.

2005 : (1103 joueurs) Antonin Michel est impérial. Après Neuchâtel (CDM) gagné à -4 en 7 parties (un top perdu) , il récidive à... -1 (devinez le nombre de tops perdus). Christian Pierre -19 et le duo Etienne Budry-Pascal Fritsch -30 suit plus loin. Un podium impressionnant.

2004 : (1143 joueurs) En route pour les 2000 joueurs ...;-) ? Aurélien Delaruelle -6 marque le tournoi de son empreinte, Laurent Loubière -8 a espéré gagné le premier tournoi majeur de sa carrière, le Baulois Olivier Sorel -16 complétant le podium.

2003 : (1033 joueurs) Et voilà, il faut pousser les murs... Superbe match à trois remporté par l'obstiné Pascal Fritsch à -11 devant Antonin Michel -13 et ...Florian Lévy -14 ( je l'aurai, un jour, je l'aurai...).

2002 : (977 joueurs) On approche de la barre des 1000 joueurs... C'est la fameuse année de SYMETRISE en nonuple sur TRIS placé pour un gain de ...116 points sur le sous-top. Douze "salopards" le jouent, Etienne Budry -19 gagne devant Pascal Fritsch -23 (qui attend son heure) et Florian Lévy (qui attend toujours sa première victoire dans la cité thermale savoyarde).

2001 : (933 joueurs) Christian Pierre, quintuple champion du monde, n'est pas rassasié : à -8, il se débarrasse du Strasbourgeois Pascal Fritsch-19 et de l'inévitable Jean-François Lachaud -22.

2000 : (907 joueurs) Deux vainqueurs, Antonin Michel et Jean-François Lachaud stratosphériques à -3. Thierry Chincholle -15 a admiré leur parcours.

1999 : (891 joueurs) Match serré, Eric Parpal gagne à -25, Florian Lévy attend toujours sa première victoire à -25 et l'encyclopédiste Lavallois Luc Maurin est proche à -31.

1998 : (894 joueurs) Denis Courtois l'emporte une nouvelle fois ( on ne peut plus parler de surprise) mais partage sa 1° place avec le Sénégalais Arona Gaye à -16, Thierry Chincholle enrage encore d'avoir raté VOGOUL (-10) au dernier coup qui lui coûte la ...1° place (ex aequo à trois !) , Guy Delore complète le podium à -19.

1997 : (819 joueurs) Retour à du classique... Le quadruple champion du monde Christian Pierre ( vainqueur en 1996 à Aix-les-Bains...), en attendant sa cinquième couronne (1998), l'emporte à -14, au sprint devant le jeune Antonin Michel (20ans), présenté comme le Duguet des années 2000,  -15 et Emmanuel Rivalan -21.

1996 : (621 joueurs) Le podium est constitué de trois outsiders, les favoris ont flanché... Le Belge Denis Courtois surprend à -6, l'Annecien Gérard Boccon -18 et le Toulonnais Eric Parpal -20 suivent de près. Le podium le plus étonnant de l'histoire de la coupe d'Aix.

1995 : (531 joueurs) Franck Maniquant abaisse le record du négatif à ...-3 (!) . Jean-François Lachaud -11 et le Languedocien Pierre-Olivier Georget -19 n'ont pourtant pas démérité.

1994 : (515 joueurs) l'année des premières... premier "Aix" suivi d'une étape du Grand Chelem, première participation au dessus des 500 joueurs et premier vainqueur sous les -10 ! Emmanuel Rivalan, cinq ans après, remporte la coupe à -5, devant Florian Lévy -15 et Jean-François Lachaud -30. On entre dans une nouvelle ère. Paul Vieilly est décédé cette année là...

1993 : (424 joueurs) Jean-François Lachaud gagne brillamment à -18, ne laissant aucune chance à Jean-Pierre Hellebaut -44 et à un jeune transfuge des Chiffres et des Lettres, Florian Lévy -63.

1992 : (386 joueurs) Marc Treiber est un des joueurs en forme du début des années 90. Sa victoire à -34 n'est pas une surprise, Jean-François Lachaud le suit à -46, et c'est le cadre SNCF champenois Hervé Omé qui complète le podium à -50.

1991 : (393 joueurs) Philippe Bellosta remporte pour la 3° fois "Aix", à -34, il précède Michel Duguet en personne ( victime d'une EPILEUSE trop récente) -45 et Bruno Bloch régulier à -76.

1990 : (324 joueurs) La participation s'amplifie... Patrick Vigroux champion de France en titre collectionne les victoires cette année là, et Aix tombe dans son escarcelle : à - 52, il précède Bruno Bloch -82 et Jean-Pierre Hellebaut -86.

1989 : (263 joueurs) Le charismatique Rouennais Emmanuel Rivalan, 20 ans, surprend Philippe Bellosta 21 ans. La jeunesse au pouvoir, comme aurait dit "eeeeh oui ! " Serge Kourotchkine 3° à -88.

1988 : (221 joueurs) Philippe Bellosta bisse, à -25, il précède deux joueurs azuréens talentueux, le déjà expérimenté Claude Del -32 et le prometteur Jean-Louis Pallavicini -35.

1987 : (196 joueurs) Le champion du monde 1986 Philippe Bellosta confirme qu'il n'est pas une étoile filante : à - 59, il dispose du vainqueur de l'an passé, Philippe Lorenzo, -92 et de la jeune championne suisse de Martigny, Véronique Keim -93.

1986 : (202 joueurs ) Philippe Lorenzo l'emporte à -70 suivi dans un mouchoir de poche par le Lorrain Richard Mangin -93 et Franck Delol -94, des négatifs (presque) d'une autre époque !

1985 : Pas de festival ! La proximité de date avec les championnats du monde à Bruxelles empêche leur organisation.

1984 : Date de naissance du festival d'Aix-les-Bains par la volonté d'un homme, Paul Vieilly, et de l'équipe du Comité Dauphiné-Savoie qui l'entoure.

Profitant de la date laissée libre, cette année-là, par les championnats du monde (traditionnellement à la Toussaint jusqu'en 1983) qui se sont déroulés en août à Montréal, "Popaul" vient de donner un frère à Vichy, né en 1976.

L'histoire retiendra que ce festival deviendra fédéral lors de sa dixième édition (en 1993), accueillant notamment les Internationaux de France en parties originales.

(174 joueurs) Le premier vainqueur ne pouvait être que Michel Duguet, champion incontestable des années 80. À - 29, il précède le Grenoblois Didier Clerc - 65 et le champion du monde en titre Benjamin Hannuna - 82.


 

Historique de la Coupe de Cannes


2017 : 380 joueurs. 
Le Français Jean-François Lachaud remporte sa 6e Coupe de Cannes et sa 17e victoire dans un festival du Grand Chelem ! Il devance le Belge Christian Pierre, revenu du diable vauvert, et Florian Levy et David Bovet 3es ex aequo. Dans la foulée, Christian Pierre prend sa revanche en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem sur SWEAT en double appui, en duel face à Jean-François Lachaud. Voir la news

2016 : 456 joueurs. Le Français Guy DELORE remporte sa première Coupe de Cannes à -20, avec 4 points d'avance devant son compatriote Jean-François LACHAUD. Très belle performance également du Belge Luc THOMAS, qui monte sur la 3e marche du podium. Revanchard, Jean-François LACHAUD s'adjuge la victoire d'étape du Grand Chelem. Voir la news

 

2015 : 448 joueurs. Le Suisse Etienne BUDRY remporte sa première Coupe de Cannes à -14, avec respectivement 2 et 14 points d'avance sur les Français Antonin MICHEL et Jean-François LACHAUD. Evincé pour un petit point du podium, le Français Samson TESSIER prend une éclatante revanche en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem. Voir la news

2014 : 479 joueurs. Le Français Antonin MICHEL, champion du monde en titre, inscrit pour la 3e fois son nom au palmarès de la Coupe de Cannes, et survole l'épreuve en ne concédant que 2 petits points par rapport au top ! Deux autres Français, Jean-François LACHAUD et Florian LEVY, complètent le podium, à respectivement 9 et 11 points du vainqueur. Voir la news

2013 : 514 joueurs. L'Espoir français Fabien LEROY succède à Thierry CHINCHOLLE en remportant l'édition 2013 à -13, devançant le Tunisien Zouheir ALOULOU et le Français Étienne BUDRY 2es ex aequo à -20. Voir la news

2012 : Seulement 506 joueurs... Concurrence ou non du festival de Biarritz, coût du séjour, trop d'offres de tournois ? Thierry CHINCHOLLE remporte une nouvelle fois la coupe de Cannes à -13 pour un podium 100 % Saint-Leu-la-forêt : Jean-François LACHAUD et Florian LÉVY partagent la deuxième place à - 27. Voir la news

2011 : 632 joueurs, participation en baisse. Thierry Chincholle -9 contient Antonin Michel -15 et dépasse Jean-François Lachaud sur la dernière partie - 17. Un difficile AEMRSY? (EMbRAYÉS top, ASYMÉtRIE sous-top) fait la différence. Voir la news

2010 : 742 joueurs, Franck Maniquant - futur champion de France au top à Reims - domine à -15, suivi par Jean-François Lachaud -22 et le champion du monde en titre, Hugo Delafontaine -25.

2009 : 718 joueurs, la participation devient régulière. Antonin Michel bisse dans la foulée de sa première victoire : à -9, il précède Franck Maniquant revenu aux affaires -34 et le Messin Francis Leroy -54 ex aequo avec Thierry Chincholle qui a joué la dernière partie à la table 719, la plus proche des toilettes, pour prévenir les effets indésirables d'une gastroentérite déclarée le matin !

2008 : 684 joueurs, Antonin Michel accroche enfin Cannes à son palmarès : à -13, il n'a pas tremblé malgré le Belge Eric Vennin -46 (champion du monde cinq mois plus tard, rengaine connue) et Florian Lévy -50.

2007 : 687 joueurs, Florian Lévy est dans une forme internationale (futur champion de France à Troyes) et l'emporte à -5. Légitime déception du Poulidor suisse Hugo Delafontaine à -6. À 17 ans, l'avenir lui appartient. Guy Delore (58 ans) -44 s'annonce comme le futur Vermeil à battre. Certains disent qu'il sera imbattable.

2006 : 778 joueurs redynamisent la coupe de Cannes, jouée sous chapiteaux bien ventés. Jean-Pierre Hellebaut -33 n'en a cure et précède le très jeune Suisse Hugo Delafontaine (16 ans) -35. Pascal Fritsch 3e à -49 deviendra champion du monde à Tours cinq mois plus tard lui aussi (décidément...).

2005 : 665 joueurs, l'érosion se poursuit. Le Tunisien (et Tunisois) Zouheir Aloulou remporte à 42 ans une victoire de prestige à -23 longtemps contestée par son dauphin (et partenaire de paires dans la semaine) Thierry Chincholle à -24. La première victoire d'un Tunisien dans un festival du Grand Chelem se double de la victoire historique le jour même (27-02-05) de l'équipe de football de Tunisie à la CAN ! Florian Lévy a observé le duel à -44.

2004 : 721 joueurs, la tendance est à la baisse légère. À l’issue d'un tournoi très sélectif, Jean-François Lachaud remporte pour la cinquième fois Cannes (record de l'épreuve) à -44 (!) devant Florian Lévy ex aequo avec le Québécois Germain Boulianne -60, champion du monde à Marrakech cinq mois plus tard.

2003 : Participation stable avec 739 joueurs. Une édition remportée conjointement (comme en 1997) par Jean-François Lachaud et Thierry Chincholle à -11, les deux joueurs au top sur la dernière partie n'ont cédé ni l'un, ni l'autre. Antonin Michel -16 fait sa première apparition sur le podium cannois.

2002 : 756 joueurs assistent à la victoire du quintuple champion du monde belge Christian Pierre : à -19, il complète définitivement son palmarès en grand chelem. Mais le survitaminé Fabrice Bouvier -21 et Jean-François Lachaud (tiens, on l'avait un peu perdu de vue) à -22 lui ont donné du fil à retordre.

2001 : La catégorisation des épreuves aboutit à un net reflux dans la participation à la Coupe de Cannes : seulement 699 joueurs. Vincent Derval gagne l'épreuve à -9, suivi par Thierry Chincholle -17 (qui aurait aimé fêter ses 35 ans autrement) et Florian Lévy -19. Vincent arrêtera la compétition quelques mois plus tard.

2000 : 1205 joueurs... le succès omniprésent va poser des problèmes pour l'arbitrage et les inscriptions. Une réflexion s'engage à la FFsc pour scinder les épreuves en les catégorisant. En attendant, Anthony Clémenceau peut se targuer d'avoir remporté le "Cannes" le plus important en nombre de joueurs. À -13 (brillant), il crée une relative surprise en gagnant au sprint devant les frères ennemis Franck Maniquant -15 et Emmanuel Rivalan -16.

1999 : Le palais des festivals en travaux, la solution de remplacement anticipée a été Avignon. Cadre spectaculaire au pied d'un autre palais, celui des Papes. 999 joueurs seulement (...), Jean-Pierre Hellebaut -8 entame sa période faste devant le Strasbourgeois Pascal Fritsch solide dauphin à -9 et le joueur en forme de l'année Laurent Loubière -20.

1998 : 1020 joueurs venus étrenner l'ODS3, quel enthousiasme ! Le podium est inédit cette année avec le Parisien Florian Lévy (25 ans) -16, suivi d'Anthony Clémenceau -22 et le Belge Philippe Ruche -26.

1997 : 921 joueurs, on se rapproche de Vichy ! Le charismatique Franck Maniquant gagne à 34 ans son premier "Cannes" à -5 mais doit partager sa victoire avec Emmanuel Rivalan, celui-là même qui l'avait battu en départage aux CDM à Saint-Malo en 1993. Le 3e ? Jean-François Lachaud évidemment : -21.

1996 : Le succès se confirme : 785 joueurs pour une pause ensoleillée au cœur de l'hiver. Podium international composé de l'inévitable Jean-François Lachaud -24 (champion du monde en titre), du Belge Jérôme Lemaire -32 et du Belgo-Suisse Jean-Pierre Hellebaut -41. On se souviendra d'un solo joué par Marie-France Girard avec DICTÉe (mot pourtant connu…).

1995 : L'époque dorée commence... 745 joueurs ! Aurélien Kermarrec devient, à 19 ans, le plus jeune vainqueur. À -12, il précède Jean-François Lachaud -28 et un joueur en progression Thierry Chincholle -35.

1994 : 550 joueurs assistent à la victoire d'un outsider, le jeune Rouennais Aurélien Delaruelle (-27) très prometteur dans la lignée de son mentor Emmanuel Rivalan. Le second Laurent Dauvilliers -31 est un transfuge du jeu des Chiffres et des Lettres. Jean-François Lachaud -33 s'abonne aux podiums cannois. Cette édition est marquée par la première étape officielle du Grand Chelem, invention du Suisse Patrice Jeanneret.

1993 : La participation évolue peu : 524 joueurs. Jean-François Lachaud l'emporte in situ à -27. Ses dauphins ? Des joueurs réputés de Côte d’Azur, Claude Del -77 (qui arrêtera la compétition en 2000) et Jean-Louis Pallavicini -89 (qui disparaîtra bien trop tôt quelques mois plus tard).

1992 : 512 joueurs retrouvent avec plaisir la Croisette. Emmanuel Rivalan (22 ans) arrive à maturité et l'emporte à -18, suivi du champion du monde 1990, Marc Treiber, -29 et de Jean-François Lachaud -45. Le podium des hommes en forme !

1991 : Les événements (guerre du Golfe) ayant entraîné l'annulation du Festival international des Jeux, la FFsc organise en remplacement un tournoi à Vichy (appelé aussi Kanavichy). 294 joueurs seulement, le podium est 100 % " Paris-Elysées" : Jean-François Lachaud (22 ans et 13 ans de pratique du scrabble duplicate derrière lui) gagne à -31, suivi d'Edouard Huberdeau (que l'on ne reverra plus dans les tournois !) -46 et Philippe Lorenzo -55.

1990 : Premier tournoi d'ampleur ODS1 (429 joueurs) et Philippe Bellosta gagne une nouvelle fois. À -28, il a dû batailler avec le très doué Edouard Huberdeau (joueur de 2e série !) -35 et le joueur montant Emmanuel Rivalan -47.

1989 : 382 joueurs, mais le Palais des Festivals est assez grand pour accueillir d'autres joueurs. Des parties sélectives au programme et Philippe Bellosta gagne à -60, suivi de peu par Bruno Bloch -62 et le métronome Patrick Vigroux à -67.

1988 : 343 joueurs, le succès se confirme. Michel Duguet accroche enfin "Cannes" à son palmarès à sa troisième tentative. À -2 (!), il précède le champion du monde 1986, Philippe Bellosta -32 et le joueur local niçois Jean-Paul Pallavicini -58.

1987 : 2e édition dans le cadre du Festival international des Jeux et déjà 300 joueurs, le bouche-à-oreille a fonctionné. Le tout jeune Bruno Bloch (21 ans) l'emporte à -52 devant le Poulidor provisoire du palmarès, Michel Duguet à -58. Eddy Clauwaert (Belgique) complète le podium à -73.

1986 : 1er festival de Cannes joué en 5 parties. Le double champion du monde francophone Benjamin Hannuna (32 ans) gagne à -80 de peu devant les jeunes Michel Duguet (-84) et Bernard Caro (-95). 255 joueurs ont pu dire "j'y étais".

Historique de la Coupe de Vichy

2016 : Le Suisse Hugo Delafontaine remporte sa 2e Coupe de Vichy à -1 en 5 manches (soit sa 3e victoire en Grand Chelem). Son dauphin est Samson Tessier, champion de France pour la toute première fois. Sur son nuage, Hugo réalise un magnifique doublé en s'adjugeant l'étape du Grand Chelem sur EURYÈCE.


2015 :
Le Belge Louis Eggermont exauce son rêve en remportant son premier festival du Grand Chelem à -12 en 5 manches. Il devance de 3 points le Français Bernard Caro et le Sénégalais Mactar Sylla, pour un podium inédit et international. Revanchard, le Français Antonin Michel (4e) s'adjuge l'étape du Grand Chelem. On retiendra de cette édition quelques scrabbles particulièrement sélectifs comme TCHADIEN, LANGUIDE, MYLONITE, MOLASSES, SARCINE et VIRÉMIES.


2014 :
Pour la première fois, la Coupe de Vichy est jumelée à la finale du championnat de France. A l'issue d'une épreuve marquée par un coup d'anthologie non joué (SOUCHETAGES), le Parisien Florian Lévy s'impose à -52, avec respectivement 21 et 22 points d'avance sur ses compatriotes Aurélien Delaruelle (2e) et Jean-François Lachaud & Antonin Michel (3e ex aequo). Sur son nuage, Florian s'adjuge dans la foulée l'étape du Grand Chelem, en remportant son duel face à Samson Tessier, son partenaire de paire lors de cette même édition !
Voir la news

2013 : Le Français Jean-François Lachaud remporte sa 5e Coupe de Vichy à -23 en 5 manches particulièrement ardues (DEUTÉRÉS, SUBVENIEz, LASURONS, MALBÂTIE...). Il devance d'une courte tête l'Espoir français Fabien Leroy (-26). Le Franco-Suisse Etienne Budry (-47) complète le podium.

2012 : "Seulement" 1008 joueurs, Hugo Delafontaine prend sa revanche de 2010 sur Antonin Michel. A -15, il précède Antonin de six points. Francis Leroy -46 a suivi le duel de loin.

2011 : 1072 joueurs, Etienne Budry est le plus fort : à - 5, il distance Antonin Michel de 23 points et le Lavallois de Nantes, Luc Maurin, de 32 points.

2010 : 1156 joueurs, Antonin Michel l'emporte pour la 4e fois en cinq ans. : à -1, il écœure le Suisse Hugo Delafontaine (-2 !), Jean-François Lachaud -16 colonisant le podium pour la énième fois.

2009 : 1140 joueurs, Antonin Michel s'impose pour la 3e fois à Vichy : à -4, il précède Franck Maniquant -16 et le Tunisois Zouheir Aloulou -20.

2008 : 1191 joueurs, et superbe performance avec la victoire d’Eugénie Michel (25 ans), première joueuse à remporter un tournoi majeur. La joueuse de Montrouge l’emporte à -34, avec une avance confortable sur N’Dongo Samba Sylla (-46) et Jean-François Lachaud (-51). Elle gagnera le titre de champion de France en paires avec Etienne Budry lors de cette même édition !

2007 : 1198 joueurs, la participation tend à se tasser. Jean-François Lachaud gagne pour la 4e fois à -14, Thierry Chincholle remonte huit places sur la dernière partie et finit 2e à -17. Le Toulonnais Eric Parpal – joueur en forme – complète le podium à -19.

2006 : 1203 joueurs, Antonin Michel bisse avec plaisir à -16. L’inénarrable Jean-Luc Dives le suit à -41 et N’Dongo Samba Sylla termine encore 3e à -53.

2005 : 1304 joueurs, Antonin Michel gagne (enfin !) Vichy à -3. Son dauphin Jean-François Lachaud n’a pas démérité à -7, l’Aquitain Dominique Le Fur partage la 3e place avec le Sénégalais N’Dongo Samba Sylla, premier joueur africain sur le podium à -17.

2004 : 1172 joueurs, et Thierry Chincholle, sur un nuage après TÉLÉNOMIE, gagne Vichy pour la 2e fois. A - 9, il précède son seul adversaire Franck Maniquant -19. Florian Lévy complète le podium à... -50 !

2003 : 1168 joueurs, Franck Maniquant remporte son 3e Vichy en quatre ans. À -4, il gagne au sprint devant Thierry Chincholle -7 et le duo Antonin Michel-Philippe Ruche (B) -8. Quel niveau !

2002 : 1170 joueurs, première victoire du stakhanoviste Thierry Chincholle à -7 devant le Suise Jean-Pierre Hellebaut -12, les deux joueurs ex aequo avant la partie finale. À -16, Christian Pierre et le Québécois se partagent la 3e place. 4 nations représentées sur le podium.

2001 : 1066 joueurs, troisième victoire de Jean-François Lachaud à -11, Franck Maniquant rate la passe de trois de très peu (-13) et le Lorrain Francis Leroy s’illustre à la 3e place (-15).

2000 : 1094 joueurs, Franck Maniquant récidive à -16 et annonce la couleur pour les championnats du monde à Paris dans deux mois. Marc Treiber -30 et Thierry Chincholle -32 se retrouvent réunis sur un podium dix ans après Dakar (paires).

1999 : 864 joueurs (de nouvelles compétitions ont permis de désenfler le mammouth...), Franck Maniquant accroche enfin Vichy à son palmarès. À -18, il précède de deux points le jeune Antonin Michel (21 ans) et de huit points son ami Nicolas Grellet avec lequel il a créé la formule aujourd’hui familière du topping.

1998 : 1485 joueurs (record de l’épreuve) et victoire attendue du double champion de France en titre Nicolas Grellet dans une forme étincelante : à -14, il se débarrasse d’une féroce concurrence constituée de Jérôme Le Maire - 19 et d’Emmanuel Rivalan ex aequo avec le bouillant Laurent Dauvilliers - 20.

1997 : 1368 joueurs ont subi le festival le plus difficile de l’histoire vichyssoise, trois premières parties très sélectives avec scrabbles uniques, pièges de vocabulaire et coups explosifs (ANTICHOC-VARANGUE etc.). Jean-François Lachaud -36, Aurélien Kermarrec -41 et Thierry Chincholle -46 s’en sont le mieux sortis.

1996 : 1221 joueurs à caser... Florian Lévy -14 remporte son premier tournoi majeur. Il précède les inséparables Franck Maniquant -18 et Emmanuel Rivalan -20, autres champions des nineties.

1995 : 964 joueurs, Jean-Pierre Hellebaut – alias le Piranha – gagne pour la 3e fois d’affilée à -14, il se défait du jeune Parisien (22 ans) Florian Lévy -30 et du futur showman Jérôme Le Maire (de Warzee) -46.

1994 : 1017 joueurs ! La barre mythique est franchie... Jean-Pierre Hellebaut récidive à -15 mais ses deux dauphins normands, Emmanuel Rivalan -17 et Aurélien Kermarrec -19 ont bien résisté.

1993 : 738 joueurs au Palais du Lac, de l’autre côté de l’Allier, et Jean-Pierre Hellebaut écrit la première page victorieuse de son triptyque. A -1 (perdu sur le coup de...TOP !), il gagne avec maestria devant le Belge Thierry Mues-20 et le toujours placé Jean-François Lachaud -21.

1992 : 697 joueurs, Jean-François Lachaud gagne Vichy à 23 ans. A - 42, il précède Paul Levart -50 (qui ne gagnera jamais dans l’Allier) et Jean-Pierre Hellebaut -51 qui prend date...

1991 : 722 joueurs, il va falloir pousser les murs ? Christian Pierre remporte enfin Vichy à -27. il précède de 14 points le duo Véronique Keim (Suisse) - Jean-François Lachaud (France) pour le premier podium 100 %  international.

1990 : 609 joueurs, le succès ne se dément plus. Patrick Vigroux accroche une deuxième victoire à son palmarès et gagne comme d’habitude au sprint à - 29 devant Christian Pierre -30 et Jean-François Lachaud -31.

1989 : 578 joueurs au Casino en centre-ville, on joue maintenant en 5 parties. Franck Pluven, joueur en forme de la saison, l’emporte à -27 devant Christian Pierre -42 et un futur champion de scrabble classique, Pierre-Olivier Georget -50.

1988 : 292 joueurs et des parties dantesques, Michel Duguet gagne pour la 5e fois d’affilée mais à - 32 (il avait fait -21 au cumul de ses quatre précédentes victoires...) devant Paul Levart -44 et le futur champion belge Christian Pierre -51.

1987 : la passe de quatre pour le champion incontesté avec une victoire à -11 devant son frère Alain (bon sang ne saurait mentir) à -30 et le métronome Patrick Vigroux à - 35. 248 joueurs étaient en lice.

1986 : 351 joueurs et 3e victoire d’affilée de Maître Duguet à...-2 (!) devant le Niçois Jean-Louis Pallavicini (parti trop tôt) - 20 et Patrick Vigroux -22.

1985 : Seulement 349 joueurs en finale, Michel Duguet gagne à -3 sous la menace de Didier Clerc -9 et du junior Philippe Bellosta (17 ans !) - 24.

1984 : 454 joueurs, c’est le début du quinquennat de Michel Duguet, cannibale des eighties. À -5, il ne laisse aucun regret à ses dauphins Vincent Labbé -56 et Bruno Bloch - 70.

1983 : 352 joueurs en finale, le Montpelliérain Patrick Vigroux est le 8e vainqueur différent en 8 éditions ! À -52, il coiffe au sprint Paul Levart -55 et Michel Pialat -64.

1982 : 350 joueurs et enfin 4 parties, le Dauphinois Didier Clerc n’est pas encore parti au Québec et l’emporte à -56, suivi par Vincent Labbé -64 et le spécialiste des opens de championnat du monde, Jean-François Bescond - 75.

1981 : Une finale en 3 parties jouées par 162 joueurs voit le triomphe d’Hervé Mollard à -9 avec une avance inédite de 90 points sur son dauphin Michel Bohé. Ce record tiendra jusqu’à Bruxelles 2013 et la victoire de Guy Delore avec 97 points d’avance sur Romain Santi. A la 3e place : un certain Michel Duguet - 124.

1980 : 301 joueurs et le niveau de jeu progresse ; l’étoile filante Vincent Labbé gagne à -24 devant Hervé Mollard -37 et Jean-Thierry Huot -71 qui tentera un come-back dans les années 2000.

1979 : 263 joueurs (quatre fois plus que trois ans auparavant) et le Belge Jean-Louis Luyten gagne à -76, devant les toujours jeunes Claude Del (-99) et Jean-Marc Bellot (-106)

1978 : La participation se stabilise, 198 joueurs jouent en seulement deux parties un tournoi remporté par le jeune Azuréen Claude Del (-54) précédant Claude Saint-Jean de 4 points. Le regretté joueur belge Georges Lavigne accroche le podium à -96.

1977 : 201 joueurs, Vichy devient très vite un must et c’est le jeune champion Jean-Marc Bellot qui l’emporte loin du top (-203 en 3 parties) de peu devant Michel Pialat 17 points derrière. Jean-Michel Jouannet complète le podium à distance : -304 !

1976 :  Parmi les 66 joueurs présents lors de la première édition (3 parties), combien seront présents en 2013 ? Si Marc Sélis, premier vainqueur belge à 93,10 % – autre temps –, a depuis longtemps quitté la compétition, sa dauphine Françoise Lumbroso fréquente encore les travées des tournois, contrairement au 3e, Jean-Pierre Brulé.


Historique de la Coupe d’Europe Interclubs

C'est l'une des dernières-nées parmi les compétitions de la Fédération internationale de Scrabble® francophone (FISF) : la première édition eut lieu en octobre 2001, à Paris.

La Coupe d'Europe Interclubs est toujours restée fidèle aux principes qui l'ont fondée : permettre à une sélection des meilleures formations européennes (quatre équipes françaises, trois belges, une suisse, avec huit joueurs pour chacune) de s'affronter le temps d'un week-end et de conquérir le graal : un titre de meilleur club du continent !

L'épreuve se déroule sur un rythme enlevé et se veut spectaculaire : après le rituel tirage au sort des deux poules de quatre équipes, toutes les parties se jouent en 2mn par coup, et l'annonce du score de chaque match s'effectue en temps réel.

Épreuve élitiste par essence, la Coupe d'Europe Interclubs est un temps fort dans la saison et un événement de premier plan pour les médias et les partenaires de la FISF.

 

pic_interclubs05_470

 

Record de l'épreuve

  • Plus grand nombre de titres :
    Saint-Leu-la-Forêt (4 en 2005, 2006, 2007, 2009).

 

Palmarès depuis 2001 :

 2014 - Montreux         1. La Blécherette ch CH
 2. Braine Trust alt BE
 3. Le Bouscat alt FR
 4. Rouen alt FR
 5. Le Sablier alt BE
 6. Paris alt FR
 7. Annecy alt FR
 8. Scrabbleroy alt BE
   

 2013 - Évian

 1. Rouen alt FR
 2. La Blécherette ch CH
 3. Paris Elysées alt FR
 4. Braine Trust alt BE
 5. Annecy alt FR
 6. Waterloo alt BE
 7. Villeneuve-le-Roi alt FR
 8. Scrabbleroy alt BE
 

 2012 - Wavre

 1. Le Bouscat alt FR
 2. Braine Trust alt BE
 3. Yod Club alt BE
 4. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 5. Paris Élysées-Denfert alt FR
 6. Rouen ch FR
 7. La Blécherette ch CH
 8. Scrabbleroy alt BE
 

 2011 - Strasbourg*


 1. Le Bouscat alt FR
 2. Paris Élysées-Denfert alt FR
 3. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 4. Yod Club alt BE
 5. Braine Trust alt BE
 6. La Blécherette ch CH
 7. Montrouge alt FR
 8. Scrabbleroy alt BE
 

 2010 - Lausanne


 1. Rouen alt FR
 2. Le Bouscat alt FR
 3. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 4. La Blécherette ch CH
 5. Yod Club alt BE
 6. Braine Trust alt BE
 7. Villeneuve-le-roi alt FR
 8. Scrabbleroy alt BE
 

 2009 - Bruxelles (Uccle)


 1. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 2. Le Bouscat alt FR
 3. Rouen alt FR
 4. La Blécherette ch CH
 5. Yod Club alt BE
 6. Braine Trust alt BE
 7. Waterloo alt BE
 8. Strasbourg alt FR
 

 2008 - Bordeaux


 1. Yod Club alt BE
 2. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 3. Rouen alt FR
 4. Le Bouscat alt FR
 5. Braine Trust alt BE
 6. Paris Élysées alt FR
 7. La Blécherette ch CH
 8. Le Sablier (Liège) alt  BE
 

 2007 - Montreux

 1. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 2. Rouen alt FR
 3. Paris Élysées alt FR
 4. Nancy alt FR
 5. Yod Club alt BE
 6. Braine Trust alt BE
 7. La Blécherette ch CH
 8. Mouscron alt BE
 

 2006 - Liège


 1. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 2. Rouen alt FR
 3. Paris Élysées alt FR
 4. Nancy alt FR
 5. Ouest (Bruxelles) alt BE
 6. Braine Trust alt BE
 7. Yod Club alt BE
 8. La Blécherette ch CH
 

 2005 - Rouen


 1. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 2. Nancy alt FR
 3. Paris Élysées alt FR
 4. Le Bouscat alt FR
 5. Yod Club alt BE
 6. Braine Trust alt BE
 7. Scrabbleroy alt BE
 8. Boudry ch CH
 

 2004 - Nancy


 1. Paris Élysées alt FR
 2. Yod Club alt BE
 3. Saint-Leu-la-Forêt alt FR
 4. Braine Trust alt BE
 5. Rouen alt FR
 6. Ouest (Bruxelles) alt BE
 7. Le Bouscat alt FR
 8. La Blécherette ch CH
 

 2003 - Dijon

 1. Yod Club alt BE
 2. Paris Élysées alt FR
 3. Nancy alt FR
 4. Rouen alt FR
 5. Strasbourg alt FR
 6. Braine Trust alt BE
 7. Le Bizet alt BE
 8. La Blécherette ch CH
 

 2002 - Paris


 1. Paris Élysées alt FR
 2. Yod Club alt BE
 3. Rouen alt FR
 4. Montpellier alt FR
 5. Nancy alt FR
 6. Braine Trust alt BE
 7. Mouscron alt BE
 8. La Blécherette ch CH
 

 2001 - Paris

 1. Yod Club alt BE
 2. Rouen alt FR
 3. Paris Élysées alt FR
 4. Waterloo alt BE
 5. Braine Trust alt BE
 6. Le Bouscat alt FR
 7. Entente Suisse ch CH
 8. Montpellier alt FR

 

* Depuis 2011, la Coupe d'Europe Interclubs se joue en parties originales.

FISF
© 2017. Tous droits réservés - FISF. Siège social : 1190 Forest, avenue Minerve 33, Bruxelles feed-image Actualités